À l’occasion de sa sixième édition, le Colloque arts et médias de l’Université de Montréal propose d’étudier les possibilités que dégagent l’humour et le rire comme pistes d’analyse ou moteurs de création des productions artistiques. Ce colloque réunit des chercheurs-euses et étudiants-es issus de multiples disciplines, dont l’histoire de l’art, le cinéma, la mode, les arts visuels, la littérature et les sciences politiques.

Le colloque Sens de l’humour questionne l’évolution, la transformation, les excès, les limites et ultimement, le rôle de l’humour dans la création artistique. En évaluant les possibilités de ces dispositifs humoristiques, leurs fonctions et leurs pouvoirs, l’humour peut-il être un angle approprié sous lequel appréhender un objet culturel ? Doit-il toujours faire rire ? Que provoque-t-il ? Quelle part ont les choix plastiques et les dispositifs de diffusion et de présentation dans la formation d’un sens de l’humour chez les artistes et leurs publics ? Que peut nous révéler l’humour sur notre société et le rapport à l’autre ? En sommes, autant de questions susceptibles de nourrir une réflexion approfondie par l’entremise des présentations des chercheurs-euses et étudiants-es invités-es.  

Afin de répondre à ces divers axes d’études, cette rencontre scientifique sera scindée en six panels thématiques. Le premier panel analysera l’ironie. Forme humoristique des plus critiques, l’ironie permettra tantôt aux artistes de critiquer leur propre discipline, mais sera également récupérée par les systèmes dominants. L’ironie institutionnalisée perd-elle alors sa nature critique? Le second panel explorera diverses représentations humoristiques qui transforment les sociétés et leurs cultures. Hier comme aujourd’hui, de nouveaux discours et idéologies surgissent grâce au véhicule humoristique. Puis, des praticiens questionneront le potentiel transgressif de l’humour et son impact particulier sur le public. Des arts visuels à la performance, ils analyseront comment le dispositif humoristique détourne les conventions, déstabilise et reconfigure le discours à l’intérieur de leur travail. Le quatrième panel s’intéressera plutôt aux instants où le genre humoristique est rejeté ou dénié par la critique et l’histoire de l’art. Finalement, l’humour sera analysé sous une approche postcoloniale, dans le cinquième panel, puis féministe, dans le sixième et dernier panel. À partir de cas spécifiques, les communications tenteront de cerner les limites et les richesses de l’humour quand il est question d’entrer en relation avec l’autre ou de témoigner des rapports de dominations.

Terrain de rencontres, d’échanges et de découvertes, ce colloque international sur la question  de l’humour dans l’art saura, nous l’espérons, apporter une contribution significative à vos champs d’études respectifs.

Nous remercions nos commanditaires de nous avoir aidé à rendre cette édition possible.

  • La Fédération des associations étudiantes du campus de l'Université de Montréal via le fond pour les «Projets d'initiatives étudiantes» (FAECUM-PIÉ)
  • L'Université de Montréal via le «Le Fonds d'amélioration de la vie étudiante» (FAVE)
  • Le Fonds d'investissement des cycles supérieurs de l'Université de Montréal via les «Subventions aux initiatives étudiantes» (FICSUM-SIE)
  • L'Association des étudiantes et des étudiants en histoire de l'art de l'Université de Montréal (AEEHAUM)
  • L'Association des étudiants doctorants en histoire de l'art (Aesthesis)
  • Le Musée national des beaux-arts du Québec
  • Le Musée de la civilisation
  • Le Musée des beaux-arts du Canada
  • Le Cinéma Beaubien

Fichiers attachés